Georges, un bénévole aux multiples facettes

12.05.2021
Bénévole à l'accompagnement depuis 2015 chez Caritas Genève, Georges Kurdy offre gracieusement son temps à de nombreuses associations genevoises.
Arrivés en 2014 à Genève, Georges Kurdy et sa femme, Mona, ont fui leur Syrie natale à cause de la guerre éclatée trois ans plus tôt. Ce médecin de 70 ans avait pourtant tout mis en place pour profiter de sa retraite et préparer l’avenir de ses enfants. En plus de son cabinet indépendant, Georges cumulait deux mandats : il était le médecin offi ciel de la succursale de Total en Syrie et le médecin référent de l’Ambassade de France à Damas.

À Genève, ils sont accueillis par une amie suissesse rencontrée une dizaine d’années auparavant en Syrie à l’occasion d’un reportage mené par la RTS. En arrivant ici, c’est le choc : habitué à travailler quatorze heures par jour, Georges doit regarder les journées passer, après s’être vu refuser un poste en raison de son âge. Il ne tient pas deux mois à se tourner les pouces. L’amie qui les héberge l’oriente alors vers Caritas Genève où il s’engage dans le bénévolat d’accompagnement, début de son aventure de fervent bénévole. Actuellement, deux personnes isolées bénéfi cient de sa présence, de son amitié et de son dévouement. Une fois par semaine, il leur rend visite et les aide lors de leurs sorties.


Sa connaissance des cultures et des langues
le place comme la personne idéale
pour engager des rencontres et des échanges.



Rapidement, il s’investit également pour le Centre social protestant, la Croix-Rouge et l’Hospice Général. Il y est tantôt interprète, animateur d’ateliers de français, facilitateur-médiateur culturel, formateur de bénévoles (pour diff érents types de bénévolat). Georges a retrouvé (ou presque) son rythme d’avant.

Son parcours au sein des différentes organisations lui permet d’identifier les problèmes qui surgissent dans les relations entre « Occidentaux » et « Moyen-orientaux ». Les réactions négatives, les incompréhensions… « Des deux côtés, le problème est dans le manque de communication et dans l’interprétation », confie-t-il. Sa connaissance des cultures et des langues le place comme la personne idéale pour engager des rencontres et des échanges. En 2019, il crée le groupe « Les Seniors » qui accueille des hommes occidentaux et moyen-orientaux, dans le but de créer des ponts entre les deux cultures et diminuer les malentendus et attitudes qui peuvent heurter les sensibilités des uns et des autres.
 

« La relation humaine,
c’est ça l’élément déclencheur
dans tous mes bénévolats »

 

Sa motivation : les relations humaines. C’est l’humain qui intéresse Georges, c’est l’humain qui était au centre de son métier de médecin et qui se trouve au centre de son engagement bénévole, comme il l’explique : « La relation humaine, c’est ça l’élément déclencheur dans tous mes bénévolats et le point commun avec la médecine. Auparavant, elle s’est exercée professionnellement à travers la médecine, et maintenant elle s’exprime dans l’accompagnement quel qu’il soit, des personnes âgées, des requérants d’asile, ou autres. »

Ses activités ne se limitent pas aux nombreuses heures qu’il off re aux institutions sociales. Georges Kurdy donne également de son temps à sa paroisse. Depuis plusieurs années, il enseigne la catéchèse aux jeunes de 15-17 ans qui se préparent à la confirmation et, depuis septembre dernier, il est le nouveau conseiller paroissial de la cathédrale Saint-Pierre. Ce temps-là, offert aussi généreusement que ses heures de bénévolat, n’entre pas dans le même cadre. « C’est plus mon engagement de foi. C’est toujours du temps donné... Mais pour moi, intérieurement, ce n’est pas la même chose. »

 
Le bénévolat d'accompagnement Caritas Genève forme et encadre des bénévoles d'accompagnement auprès de personnes âgées, malades ou en fin de vie, en se basant sur une charte de qualité. Le vieillissement, la maladie et l'approche de la mort sont des événements qui peuvent provoquer des sentiments de solitude, d'incompréhension, de colère ou encore de tristesse. Dans une telle situation, il peut être important de trouver du soutien.

Nos bénéficiaires sont des personnes âgées généralement isolées, aux contacts sociaux rares, vivant à domicile ou en EMS. La mission du bénévole est d'offrir une présence humaine et une écoute à ces personnes en situation de grande vulnérabilité.

Si vous êtes intéressé·e par le bénévolat d'accompagnement, vous pouvez prendre contact avec
Mme Vera Lauf :
vera.lauf@caritas-ge.ch ou au 022 708 04 47


Texte : Sévane Haroutunian
Article paru dans Caritas.mag No 23, Avril 2021, pp.12-13

Version PDF: